BACK FROM THE DEAD

10.11.2011|Vincent

phychotonique.be est de retour, mais uniquement sur Facebook dans un premier temps. Le premier qui pense "Journalisme 2.0" est prié de se flageller pendant 10 minutes avant de se coucher.

 

psychotonique.be, La Filature et le Murmure Café présentent The Devil's Horns Kill The Matador

28.08.2009|Vincent

Histoire de vous donner un os à ronger après ce long silence radio estival durant lequel on a planché sur une refonte du site (qui devrait être effective dans un gros mois), on vous invite à un nouveau concert que nous avons le plaisir de coorganiser avec Le Murmure Café. Ce sera l'occasion pour vous de découvrir les Américains de The Devil's Horns Kill The Madator. Derrière cet exercice de prononciation se cache, non pas un groupe de post-rock comme pourrait le laisser penser la longueur du nom, mais un groupe de weird-jazz-rock-épique. Cela ne vous avance pas beaucoup me direz-vous, mais afin d'éviter de se perdre en allégories complètement foireuses, une vidéo vaut mieux que n'importe quel long discours.

La suite de l'article est ici

rubrique: Murmure Café

Le Roi de la Pop est mort, vive la Pop

29.06.2009|bienbienbien.net

(...) comme le suggérait "pour de rire" Laurent Dupin dans un tweet en constatant l’impact de la disparition de la star sur ses ventes d’albums : "suite à “l’effet M. Jackson”, l’industrie du disque envisage de “décéder” dorénavant 1 star majeure par trimestre". N’empêche, ça ne fera pas beaucoup de trimestres car on va vite épuiser les stocks. Et il faudra un peu plus que de l’élevage en batterie actuel pour les renouveler.

Source: BienBienBien.net

rubrique: lu(s) ailleurs

psychotonique.be et Bulex absl présentent Trike + Carl + La Gargote

23.05.2009|Vincent

Afin de rappeler que notre société occidentale est frappée de plein fouet par une Crise Economique Sans PrécédentTM, le 4ème JeudiBars co-programmé par psychotonique.be sera annoncé par des photocopies bon marché d'une version noir et blanc de notre flyer habituel. Ce sera aussi le dernier de la saison. Le prochain aura vraisemblablement lieu en septembre ou octobre. Le dernier co-pogrammé par psychotonique.be, pas le dernier JeudiBars tout court. Les JeudiBars ne s'arrêtent jamais.

Ce 4ème JeudiBars vous offrira l'occasion de découvrir les canadiens de Trike, les belges de Carl et les français de La Gargote. Même si les habitués des lieux savent que la notion d'horaire est toute relative quand il s'agit de soirées Bulex, nous ferons de notre mieux pour respecter l'horaire suivant:

La suite de l'article est ici

rubrique: JeudiBars

Kickstarter, de bien beaux projets contre un tout petit peu d’argent

16.05.2009|bienbienbien.net

Les projets dans lesquels les internautes donnent de l’argent à des créateurs en manque de cash contre une part du revenu à venir ne sont pas nouveaux. My Major Company, par exemple, a quand même commis Grégoire avant que quelqu’un ne se rende compte du danger que courait l’humanité.

Kickstarter est l’un d’eux, dans le texte une “plate-forme de financement pour les artistes, designers, cinéastes, musiciens, journalistes, bloggueurs, explorateurs“. Mais là s’arrête la comparaison.

Parce que Grégoire n’est pas sur Kickstarter. Sur Kickstarter, on trouve un écrivain qui veut financer son nouveau roman, on trouve Waxy qui veut éditer un CD de Miles Davis en son 8 bit, on trouve Ryan Allen qui peint un petit robot et qui vous laisse raconter l’histoire de sa vie et Haden qui veut financer la création d’une pièce de théatre sur des sosies des Beatles à Floyd, Virginie, 432 habitants. (...)

Source: BienBienBien

rubrique: lu(s) ailleurs

Deluxe Hugs

04.05.2009|fluctuat.net

Pourquoi se contenter d'un câlin cheap quand on peut s'offrir un hug deluxe ?

Le mouvement des free hugs est né en 2004 dans un centre commercial de Sydney, a été popularisé dans le monde entier grâce à quelques vidéos postées sur le web, s'est institutionnalisé, a été enrichi (StreetKiss, sensuel et militant). Il doit aujourd'hui faire face à une concurrence payante manifestement menaçante, nouvelle estocade portée à l'esprit du tout gratuit qui anime trop de hippies en ligne.

Source: Aeiou, le blog de Flu

rubrique: lu(s) ailleurs

psychotonique.be et Bulex asbl présentent Keiki et Alk-a-line

19.04.2009|Vincent

En 1994, Tim Burton signait le film Ed Wood qui s'ouvrait par l'excellent générique ci-dessous. La musique, composée par Howard Shore, est hantée par ce sifflement très "soucoupe volante", typique des productions horrifiques des années 50. Howard Shore a obtenu ce son en utilisant un thérémine. Selon Wikipedia, le thérémine est un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1919 par le russe Lev Sergeïevitch Termen. Composé d’un boîtier électronique équipé de deux antennes, le thérémine a la particularité de produire de la musique sans aucun contact physique de l’instrumentiste. Dans sa version la plus répandue, on contrôle la hauteur de la note de la main droite, en faisant varier sa distance par rapport à l’antenne verticale. L’antenne horizontale, en forme de boucle, est utilisée pour faire varier le volume selon sa distance par rapport à la main gauche.

Si on vous raconte tout cela, c'est parce que le thérémine et, d'une certaine manière, l'univers grand-guignol sont les traits communs qui unissent Keiki et Alk-a-line, les deux duos bruxellois que nous vous invitons à découvrir lors de la 3ème soirée JeudiBars que nous co-organisons.

La suite de l'article est ici

rubrique: JeudiBars

Keiki + Sunshine Republic @ Café Dada: J+30

13.04.2009|vincent & valentine

Il y a 1 mois, le groupe Keiki se produisait au Café Dada, qui, à l'allure où cela va, risque bien de devenir le dernier survivant de cette véritable purge qu'est en train de subir le monde des lieux alternatifs bruxellois. Keiki, un duo bruxellois de satanic pop, amenait avec lui les Anglais de Sunshine Republic, un collectif de drone que l'on peut définir comme le pendant ambiant de ce genre diabolique qu'est le black metal. Le café Dada est donc devenu l'espace d'une soirée la convention annuelle des amis du satanisme à deux balles, et ce, même si la prestation de Sunshine Republic a finalement plus fait penser aux expérimentations psychédéliques de Sonic Boom qu'aux vibrations démoniaques de Sunn 0))). Comme le satanisme ne nous fait pas peur, on a profité de l'occasion pour capter quelques extraits et improviser deux petits interviews pas très sérieux.

La suite de l'article est ici

rubrique: découvertes

A quand l’Hadopi de la presse?

21.03.2009|bienbienbien.net

(...) Tout le monde se jette à corps perdus sur le problème des maisons de disques et des producteurs de cinéma que l’ogre internet vole et spolie, mais la presse, tout le monde s’en fout.

Or, la crise qu’elle traverse est - comme pour les artistes - largement due au Web. Si, si. Parce que, lorsque les journaux ont lancé leur site internet, les dirigeants ont eu une idée géniale : “les gars, on va filer notre contenu gratuitement, voilà, oui, c’est cadeau”. Et, c’était un peu la fête du slip, on allait voir ce qu’on allait voir. Allez, vous pouvez fouiller dans nos archives, vous pouvez lire tout le journal en ligne et puis tiens, ce que j’ai pas pu mettre dans la version payante, je vous le file gratuitement sur Internet, vidéos et son compris. Et comment les journaux allaient-ils se rémunérer ? Facile : avec la pub. Les gens sont tellement gentils qu’ils vont cliquer sur les liens, bien sûr. Voilà qui va générer du cash-flow !

Et même si aujourd’hui, les journaux sont un peu revenus de ce modèle “tout gratuit”, la grande majorité du contenu récent reste accessible sans frais. Au pire, il faut se créer un compte. Mais on a pris le pli : la presse sur Internet, c’est en libre accès. Et la musique, pas. Et le cinéma, pas.

Inadmissible, donc. Il est plus que temps que le contenu fourni par les journalistes soit rémunéré monnaie sonnante et trébuchante. Il est indispensable que l’Assemblée propose une sorte d’HADOPI de la profession. Après des États Généraux laborieux l’année dernière, il faut des mesures fortes - une riposte graduée - pour que les gens apprennent à mettre la main au portefeuille et plus que tout pour stopper l’hémorragie qu’est le partage de contenu. Car pour l’information comme pour la musique ou le cinéma, le cœur du problème, c’est le partage.

Par exemple, vous lisez un article sur le site du Monde et le midi, à la cantine, vous en faites un bref résumé entre le fromage et la tarte au citron meringuée. Et vous vous pensiez innocent ? Deux jours plus tard : paf, vous recevez une lettre de mise en garde avec un bulletin d’abonnement à Valeurs Actuelles. (...)

Source: BienBienBien

rubrique: lu(s) ailleurs

 

Powered by Magnolia