Esperanzah! 2008: La cabane du baraki (3ème partie)

29.08.2008|Vincent

rubrique: commerce & évolution

Esperanzah! 2008: La cabane du baraki (2ème partie)

19.08.2008|Vincent

rubrique: commerce & évolution

Esperanzah! 2008: La cabane du baraki (1ère partie)

15.08.2008|Vincent

rubrique: commerce & évolution

Esperanzah! 2008: J+10

11.08.2008|Vincent

Ceci est un petit clin d'oeil en guise d'introduction à nos reportages à venir sur le festival Esperanzah! 2008.

Nous avons retrouvé par hasard un des glaneurs de camping que nous avons repéré lors du dernier festival de Dour et qui apparaît dans la petite bande-annonce que nous vous avons concoctée il y a quelques semaines. Cette fois-ci, il témoigne à visage découvert et nous montre une autre facette de son talent.

rubrique: commerce & évolution

Dour 2008: J+21

07.08.2008|Vincent


Poulycroc

C'est devant une misérable poignée de festivaliers que le groupe Poulycroc a clôturé la 20ème édition du festival de Dour, il y a un peu plus de deux semaines. On ne s'attendait pas à pareille désaffection du public. Tout s'était parfaitement déroulé jusque-là. Le festival a surpris tout le monde en affichant une organisation sans faille qui n'avait rien à envier au festival de Werchter, aux Ardentes et au Pukkelpop. Elle paraissait déjà très loin cette étiquette de vilain petit canard wallon qui avait fait de l'organisation anarchique un argument marketing. Pour être honnête, on ne les imaginait pas capables d'un tel changement d'attitude. On les croyait définitivement cachés derrière leurs chiffres et leur marge bénéficiaire. Beaucoup disaient qu'il faudrait qu'il y ait plus de morts pour qu'ils se rendent enfin compte qu'ils jouaient avec le feu.

La suite de l'article est ici

rubrique: commerce & évolution

Dour 2008: J+10

27.07.2008|Vincent

rubrique: commerce & évolution

Les Ardentes 2008

16.07.2008|Vincent

En lisant les comptes-rendus d’Esprits Critiques, K-Web et de Frontstage, je regretterais presque de m’être terré dans ma tente guettant la moindre éclaircie pour improviser un apéro aux cubis de vin blanc plus très frais. Hélas, l’heure des conclusions a sonné et si on m’avait dit quand j’étais ado que l’année de mes 30 ans, j’allais faire du camping sauvage entre deux routes fortement fréquentées pour assister à un festival auquel je n’allais finalement pas voir grand-chose, je n’y aurai pas cru un mot. A l’époque, je me voyais plutôt emprunter la voie confortable- vue à la TV – voulant que chaque être humain normalement constitué trouve son bonheur dans un bon travail, une maison en banlieue, les bras d’une femme aimante, les sièges d’une grosse voiture, les premiers mots de ses enfants et peut-être même les aboiements d’un chien. Ceci étant dit, la morale est sauve, car si j’ai tant boudé les concerts des Ardentes, c’était justement pour satisfaire mes tendances consuméristes et ménager ma petite personne trop dégoutée par l’idée d’affronter des hectolitres de boues. Quantifie-t-on la boue en litre ou en kilo ?

La suite de l'article est ici

rubrique: commerce & évolution

Vous rateriez ça ?

19.06.2008|Vincent

Cet article aurait dû voir le jour il y a un peu moins d'un an sur Zabladowski.org qui, pour les néophytes qui n'auraient pas lu notre page "à propos", est l'ancêtre de psychotonique.be. S'il paraît finalement ici, c'est que je n'ai jamais eu/pris le temps de le réaliser. Quelque part, cela tombe bien, car son objet est plus que jamais d'actualité.

Il y a un peu moins d'un an, 3 personnes et moi ont erré pendant 4 jours sur le site du festival de Dour. Nous étions armés d'un caméscope numérique. L'objectif était- ère 2.0 oblige- de produire un documentaire qu'on publierait sur YouTube et ainsi s'épargner le fastidieux exercice d'écriture de compte-rendu d'après festival. Exercice d'autant plus périlleux qu'il est généralement difficile de se rappeler en détail ce qu'on a bien pu voir 5 ou 6 jours plus tôt vu qu'entre-temps, on aura ingurgité ou inhalé trop de trucs qui nous aurons détruits pas mal de neurones. "On ne vit qu'une fois" a dit un philosophe anglais dont je ne me rappelle plus le nom (ou serait-ce tout simplement James Bond?). D'ailleurs, pour ma part, à part Wilco, Les Anges et certaines rencontres qu'on avait faites, je ne me souvenais déjà plus de rien à l'issue du festival.


Wilco à Dour le 15 juillet 2007

Le hic, c'est qu'on n’avait absolument rien préparé. On a enchaîné des espèces de micro-trottoir et les interviews improvisées sans trop se soucier du résultat final. Le résultat fut par conséquent un conglomérat de 6 heures de rushes, dont un bon tiers tourné sous influence. Il m’aura fallu finalement pas mal de mois pour tirer quelque chose de tous ces rushes. Entre-temps, pour des raisons logistiques et psychologiques, Zabladowski.org a fermé boutique. C'est pour cette raison que cet article termine ici et seulement maintenant, mais cela tombe bien.

La suite de l'article est ici

rubrique: commerce & évolution

Ear Plugs (I)

16.06.2008|Sébastien

Deerhunter/High Places (Budascoop, Kortrijk, 9.06.2008)

Je n’entends rien en ce matin de juin, la faute à un Deerhunter en mode fébrile et énervé dans un cinéma de Courtrai. Si les usagers d’ear plugs sont parfois victimes de railleries, pour le coup ils me font un peu envie. J’étais averti pourtant, le précédent passage des américains, une veille d’Halloween au Recyclart, m’ayant valu trois bons jours d’acouphènes stridents. Ca ira mieux cette fois, j’ai été moins exposé: leur set courtaisien abstrait, hypnotique et pulsant s’est vu ramassé en une petite demi-heure irradiante pour cause de chanteur grippé.

La suite de l'article est ici

rubrique: commerce & évolution

 

Powered by Magnolia